Colbert

Colbert fit entrer l'agriculture française dans une nouvelle phase.

Il lui prodigua les plus sérieux encouragements et s'efforça de la soustraire aux abus de la fiscalité comme aux exactions de la guerre. Il ordonna le rachat des péages les plus onéreux, la remise des tailles arriérées et la réduction des tailles coûtantes. Il fit restituer aux paroisses rurales les biens qu'elles avaient cédés à vils prix ou dont on les avait dépossédées de mauvaise foi ; il les dégrèva de leurs dettes et pour faciliter le crédit agricole, il fit abaisser l'intérêt légal de 5,5 à 5%.

Dans une circulaire du 6 janvier 1670, Colbert rappelait aux Intendants que la multiplication du bétail était, pour les provinces, une des principales sources de la richesse publique : cette augmentation du cheptel resta toujours une des préoccupations les plus vives. Il accorda donc des primes aux éleveurs, défendit, par des ordonnances, de saisir le bétail "si ce n'est pour fermages". Il prescrivit de laisser au débiteur "pour se soutenir, une vache, trois brebis et deux chèvres."

Enfin, pour améliorer les races locales, il fit venir de Suisse des bêtes bovines ; de Flandre, d'Angleterre et d'Espagne, des béliers qu'il faisait distribuer gratuitement aux cultivateurs indigents.

Il créa encore les Ponts et Chaussées, dont les travaux, en améliorant les villes terrestres et fluviales, favorisèrent le développement de l'industrie des transports et par contre-coup, la production agricole. Il réorganisa aussi l'administration des haras ; il envoya chercher en Frise, en Allemagne, au Danemark et même jusqu'en Afrique du Nord, des étalons qui furent distribués dans les régions les plus favorables à leur utilisation.

Ordonnance des Eaux et Forêts 1669

En 1669, il fit rendre la fameuse ordonnance sur les Eaux et Forêts, applicable dans tout le royaume et dont un grand nombre de dispositions restent toujours en vigueur dans les réglements actuels, notamment l'interdiction de la chasse sur les terres cultivées.

Enfin, une autre ordonnance, datant de 1677, attribuait la propriété des terres domaniales restées incultes à ceux qui lers auraient défrichées dans un délai déterminé.

Pour donner une plus forte impulsion au commerce agricole et surtout concurrencer la Hollande qui possédait entre 1500 et 1600 navires, soit les trois quarts de la flotte mondiale d'alors, Colbert créa la Compagnie du Nord en 1669 avec pour mission de porter directement dans les régions septentrionales les produits français.

Marseille fut déclaré port franc et fut fondée la Compagnie du Levant pour ouvrir des débouchés à l'agriculture française jusque dans l'Empire ottoman.